Tempête

Elle est assise dans l'herbe. En arrache des poignées comme des cheveux. Elle est telle que l'a façonnée l'habitude, l'habitude de la peur, la peur de l'obscurité, l'obscurité du grand dehors, le grand dehors des autres, des autres qui enlèvent, enlevée et disparaître, disparue et dévorée. Elle fourre sa bouche d'herbe et de terre. Le vent la bouscule, la décoiffe, l'enlace. Il l'appelle mais elle n'a plus de nom. Plutôt que de se mettre en mots, elle se mettra en pièces.

Washuis (Installation), Loreta Visic, 2000


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER