Aiguillée


"Hé toi ! Approche."
L'enfant-sans-nom sursaute et se précipite. L'espoir est encore là, tapi derrière sa bouche et ses prunelles.
"Je t'ai cousu une robe. Lève les bras."
Hétoi obéit. L'espoir est toujours là, tremblant dans son petit menton levé, dans ses bras haut dressés.
La robe descend. Elle y a laissé toutes les aiguilles. Centimètre après centimètre, le tissu l'enveloppe, centimètre après centimètre, les aiguilles percent sa peau, centimètre après centimètre, l'espoir s'éloigne.
"Voilà, regarde toi."
Hétoi s'approche du miroir. Un léger plumetis de sang décore la robe; épinglé sur le col, le cadavre de son espoir.

Photo embroidery, Maurizio Anzeri, 2009


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER