Fracas

Ma petite est point brillant au bout du pré, au bout du drap.
Je lui apprends les gestes qu'autrefois ma mère m'a appris.
Défroisser et plier les draps, je lui apprends ce que je sais, parce qu'un jour je ne serai plus là et qu'en face d'elle sa propre fille étendra ses bras trop courts pour attraper un angle puis l'autre, et que dans le sourire de sa fille, entrevu au loin, au-dessus de l'immensité houleuse, ce sont les souvenirs de ce moment qu'elle défroissera, le ciel pommelé au-dessus de nos têtes, l'herbe crue qui recouvre nos pieds, et nos rires mélangés au fracas de coton blanc.

Wubet, 2009

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER