automne



Voilà c’est l’automne la pluie les gris
et c’est vrai il pleut des cordes
et le plus vrai c’est mon parcours de cet après-midi, la dernière fois enfin que je passais devant ta porte bleue, porte cochère sans décocher un regard les épaules alternativement lourdes ou légères à espérer redouter calculer les mêmes visages ce même quartier la mégalomanie des souvenirs m’emporte direct dans ton lit la cruauté des souvenirs m’emporte direct sur le quai et voilà c’est l’automne et c’est la dernière fois que je mets mes pas dans mes pas derrière la femme qui croyait, collée au cul de la femme qui échafaudait, cramponnée à la femme qui désirait et puis ne désirait plus et puis n’en savait plus rien parce qu’il y avait eu tant de deuils de maladie de mauvaisetés et tant de propos maladroits non, pas maladroits expressément cruels blessants à vouloir à tout prix me passer l’étroite camisole de la normalité, heureusement l’automne est là les feuilles mortes et les souvenirs foulées aux pieds des passantes pressées, la porte bleue ne s’est pas ouverte ni même entrebâillée les cordes qui tombent des cieux m’évitent et c’est bien la dernière fois.

Adios, Lucas Simoes, 2012

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER