Laquelle



À laquelle on a ordonné de se taire
À laquelle on a imposé le silence
À laquelle on décrète inaccessible la consolation
À laquelle on intime la terreur de bouger
À laquelle on n’offre qu’un déguisement, l’effacement
À laquelle on n’autorise qu’une compagne, la solitude
À laquelle on ne permet qu’une récréation, la disparition
À laquelle on ne propose qu’une solution, la destruction
Laquelle a bien failli y passer
Laquelle a cependant continué de respirer
Laquelle a dangereusement appris à se dédoubler
Laquelle a avancé le droit d’essayer
Laquelle a renversé les obligations susmentionnées
Laquelle il a bien fallu, à la longue, remarquer
Laquelle a écrit mots images pensées
Vers laquelle aujourd’hui des regards se sont tournés
Vers laquelle des voix élèvent des dialogues
Vers laquelle les possibilités
Vers laquelle les complicités
Vers laquelle les amitiés
Vers laquelle, laquelle a décidé
D’exister





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER