stupeur




Regarder leur visage est une stupeur
Regarder leur cou est une stupeur
Regarder leur regard est une stupeur
Regarder leur ventre
Regarder l’une puis l’autre puis les trois
La terre sur laquelle elles se cambrent
Le ciel qu’elles touchent
Les montagnes qu’elles franchissent
Tordues-tendues à la perfection
Dans cet enclos, une simultanéité de stupeurs
Elles sont le centre et le regard du monde







Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER