F L O U



Au matin je vois flou
Et au midi toujours flou
Les heures s’écoulent, floues
Le soir déboule, flou jusqu’à la nuit
Dans mon esprit de nuit s'ébattent des combats de sang et de lait / je patauge dans les ornières encéphales friables emballées de plastique glissant / tes gants de cuir pressent mes tissus détraquent mon corps traquent ma langue /échappée jusqu'au matin suivant / il faudra se relever / s'élever / vers tes lèvres / un baiser flou