La houle



Mange les fleurs et puis mange la terre et mange ta tête tes bras repliés
Mange-toi entier, bouche arasée de raison mange caché mange la plaine
Ton corps roule ton corps boule ton corps-foule
Planqué dedans
Tu tiens couché tu te tiens retiens tes dents
Mange mes yeux mange mon cœur je pousse mes mots dans ta bouche
Ma becquée aux fous à lier
Je lambrisse mes parois de tes fleurs - les herbes grimpées de mes jambes à ma gorge
Tu as vu nous défions les angles – je me cantonne – dans ton  regard de cyclope
Le sol penché en arrière je te retiens de tous mes mots de toutes mes phrases pas même le temps d’un point je brasse les fleurs je brasse ma peur j’embrasse la houle j'embrasse ta foule j’embrasse ta peau
Ici
Près de l’oreille par où souffle la voix
















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER