Bois flotté



La nuque de bois gris flotte
Flotte la nuque flotte le bois flotte le gris
Frotte
Écorche le long de la durée
Tout le long de la longue durée
C’est ta punition.
À l’encolure le cou subit la punition
Ouvre la peau du mythe jusqu’au bois
Sous son poids la nuque ploie
Os en avant, vêture bombée au fléchissement
Tu plies.
Le corps du mythe se dresse sur sa nuque
Réduit le théâtre à l’essentiel du dire
A la charnière du sens
C’est net.
Débarrassé du trop du flou du multiple
Tu t’inventes un double unique, yeux derrière la tête
Ça pousse à toute extrémité
Tu bourgeonnes bois fertile
Ta punition t’engraisse t’enracine te transforme
Un mythe à toi tout seul.
Tu t’éternises – tu pèses – tu dures
Patiemment rapproche les bords
Enduis d’irisé ta fragilité au monde.
Derrière tes paupières de cheveux l’approche s’improvise
Flotte le monde flotte le corps flotte la nuque
Frappe.
















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER