Mi-clos



au bord bleu du trottoir elle traîne son enfant leurs deux bras une seule corde
elle le tracte son enfant aux yeux mi-clos corps d’oiseau très désarticulé comme il est léger pendant qu’elle le tracte elle le tient il disparaîtrait si main dans la main fermement
il a peut-être neuf ans son enfant mi-clos toute sa vie de mère elle le guidera figure en avant le sourire d’un bout de leur visage à l’autre
lorsqu’il bascule soudain sa tête en arrière, secousse de leurs bras elle le tracte elle sourit ne se retourne pas elle parle pour lui pour elle pour qui ?
lorsqu’il s’arrête foudroyé elle ne se retourne pas elle parle pour lui pour elle pour sa voix qui s’envole s’enroule à leurs poignets serpente jusqu’à l’enfant, l’élastique et le remet en route
par la fente de ses yeux les paysages fendus il la voit l’enfant mi-clos sa mère elle le traine le pétrit le façonne chaque jour avec patience avec amour