à ras bord

 

Elle est assise en face de moi, entre nous la table encombrée elle érige des défenses d’objets et de paperasse , elle veut parler mais ne pas parler, elle a accepté mais n’accepte pas, elle dit tout de suite je ne veux pas parler du passé, le passé c’est les coups la terreur des années de coups de terreur, elle file dans la cuisine en revient avec une assiette énorme de pattes et de pilons de poulet, une assiette comme je n’en n’ai jamais vue remplie à ras bord comme elle remplie à ras bord de mots, de colère, elle pose l’assiette devant elle, entre nous, et mange mange et entre les bouchées elle donne des mots, sa main crispée sur la fourchette qu’elle planterait bien dans le passé pour n’en faire qu’une bouchée. 
L’assiette vidée son corps lesté, la tête nettoyée, mon cahier rempli, elle se lève, me sourit.














Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER