Celui de Jeanne

 

C'est Jeanne l'enfant
Jeanne l'apprivoisée
C'est Jeanne cristalline
ses 10 ans ces dix arbres
la musique du bâton


Jeanne décampe. Elle se perd dans dix arbres, pendant des heures, parfois des jours. Elle cherche les coins d’herbe, les chemins qui s’enfoncent, la végétation chaotique. Elle cherche Maman. De la pointe d’une branche, elle trace dans la terre 
                        M     A     M         A         N
Les larmes de Jeanne dispersent les lettres. Elle repart, accélère sa course devant les grilles, son bâton rebondit de barreau en barreau. Jeanne s’arrête pour laisser passer un cadavre qui quitte l’hôpital sur son brancard de bois, entouré d’une couverture, attaché par une grosse sangle qui tient fermement l’ensemble : le cadavre, la couverture, la mort.








___________________________________________________________________________________
Les trois maisons, éd. d'en bas, 2021










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER