Celui de Létroit

    Ouinonouinon les fourmis grincent mes oreilles je vais quand même rabattre ta jupe et là oui non tu dis rien tes yeux blancs petite montagne mes côtes craquent sous leurs chaussures personne veut non ? installés au ciel vous autres
    cracher une fois par terre, une fois dans l’œil de la bête
    Piera ton dos c’est l’attente Piera ma bosse la montagne à ma taille
    je vais pousser un mouton pour toi
    mon bâton danse sur les dos
    Les araignées volent les moustiques rampent
    Mon herbier d’insectes écrasés entre deux feuilles
    L’insectier
    Le charnier
    Le mourier
    L’effrayé
    Létroi ici ici-là l’étroit là Ici-Bas ce cadeau t’en veux pas
    plus rien que
                - Les voilà ! les voilà !
    Et moi ? mon nom
    mes yeux grelottent ma langue claque chaque gorgée parle au fond de la tasse au liquide à la gorge aussi à l’espace là-devant. Le nez bouge quelque chose habite niche au fond
    La peau ça vit dessous dans les narines au fond des trous de têtes gribouillis flottent là-dessus
    Rate ma bouche
    Ratée la bouche coule menton cou bouche ratée à côté du trou claque reclaque c’est la langue et la bave dans la tasse le nez
    rien ne tient tous les trous
                Preuvez




L'Apparition, éd. Lunatique, 2016






























Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER