Envol

 

J’ai pris très peu de photographies au Chili
Je marchais dans la poésie
Des jours des nuits   j’ai marché
Sous le soleil aigu, dans le froid
Sur des trottoirs violets de fleurs
J’ai marché en poésie
Avec Pablo avec Chloé avec Victoria avec Pia
Avec Daniela avec Guillaume
En poésie, matin midi et soir, posologie poésie
J’ai marché dans des lieux de mémoire
Place de la révolte sociale, jardins et ronds-points
J’ai marché en donnant voix et main
Près des activistes féministes
Pour défendre les femmes
Repousser les ignominies
J’ai marché en poésie
Les chants d’oiseaux sur les cheveux
Les abrazi en plein cœur
J’ai marché perdue
                Éperdue
                De poésie
 
J’ai volé suspendue
                Éperdue
                De poésie
La poésie
Comme le second fleuve tempétueux de la ville
Circule rebondit et bouillonne
De quartier en quartier j’ai marché
Et les bars les arrière-cours les écoles
Poésie chilienne, poésie mapuche poésie haïtienne et française
Poésie muscle
J’ai volé
à la rencontre des autres
sur le dos du bruit
j’ai marché
                mes bras tentacules
                nos bouches porte-voix
j’ai croisé les chiens
                les chiens couchés
                les chiens errants
                et meutes parallèles
j’ai croisé des dieux
                levé la tête
                creusé la terre
j’ai lu les murs
                les émeutes les cicatrices les hommages les nécrologies
j’ai perdu ma langue
                et tendu l’oreille
partout l’on m’a comprise
C’était la poésie.










Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops