L'ambre

 


marcher sur les os
sous les feuilles
émiettés
soleil apprivoisé elle caresse le museau 
                                                                brûlé
l’ombre double devance 
                                    au devant elle coule de tronc en tronc s'enliane
s'élève
regarde
le ciel
                                        à travers les ailes des oiseaux
                                        transparentes de lumière
                                        perce l’ambre des mots
des mots sans voix
squelettes infimes
en elle sa langue    c’est son corps
elle frotte ses talons    échardes d'ivoire
pulpe des pieds et terre mouillée
l'errance à la voix









Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER