Valises


Quand on perd l’abri d’un cœur, le refuge d’un corps.
Quand on bascule sur ses pieds, le sac plastique emballant ses affaires serré contre soi. Quand tout cela se passe dans une  gare. La séparation, le sac rendu, le dos tourné, la croix tracée, la page tournée. Suffit de se baisser. De ramasser ses valises. Celles qu’on lui rend à chaque rupture. Tu n’es plus ma fille. Tu n’es plus ma sœur. Tu n’es plus ma femme. La valise MONSTRE, la valise FEMME. Suffit de passer ses mains dans les poignées menottes et puis de soulever les deux poids et de monter dans le
premier train  à partir.

Vers, Vanessa Fanuele, 2011

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER