La césure


plq, césure, 2019

le visage parfois
dimension démultipliée
de l’unique à la répétition
la nudité saccadée le visage saccadé
la saccade son rythme
des yeux des bouches du souffle -
il n’y a pas de déchirure il n’y a que du langage 
                                   l’image

            entretient                              
la perte
                                           refonde
                                                        les  mondes
si ce n’était l’incision                        
           l’impossible restitution
                   l’enfermement dans la vie récidivée
l’image ce qu’elle cache  - quand bascule le regard
retour suspens et recommencement - abstraction adjonction et déplacement - épiphanie silence et enfance
de quoi remplir les poches - trouer les mains - bourgeonner les yeux - et les bruits s’estompent ils s’éloignent ils appartiennent à la césure perpétuée - et l’image engendre une nouvelle vision - un ensemble de dédales - une parole occulte

































Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER