TRAMPOLINE



Poids du désir sur les paupières
Bouche ouverte de vertige
C’est tout le visage tout le corps et les mains découvertes les pensées suspendues balancées je balance oscille le pendule des sens me perd n’indique plus rien aiguille folle désorientée. L’aimant de l’amant tu sautilles d’une case à l’autre de la terre au ciel tes jambes croisées décroisées tu ne croises plus l’ombre d’un fantôme dans ta poitrine ça cogne cogne soulève tes os trop d’os et de la chair par-dessus à couvrir d’ardents et de mots du dedans.
Tout tourne autour de la tête à la bouche au sourire au mot aux yeux ils se tiennent me retiennent sur le trampoline
sauter sauter
une seule volonté
ne pas retomber















Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER