Ils sont toujours là

 

 « La possibilité qu’émerge une réelle discussion sur l’inceste est neutralisée car banalisée ; chacun pense au bout du compte qu’il sait déjà de quoi il retourne. Dire l’inceste publiquement, quel que soit l’angle d’approche, est immédiatement métabolisé par la société : absorbé, puis transformé et renvoyé au silence, sans questionnement sur ce dont il s’agit ».
Cette citation est empruntée à Dorothée Dussy dans un de ses articles de 2005. 
 
Ainsi « les violences faites aux femmes »
Les dire publiquement
On ne m’invite plus pour parler littérature et écriture mais pour dire les violences faites aux femmes
Car lesviolencesfaitesauxfemmes, faut bien les caser quelque part, ça fait qu’on donne le change, on coche la case bonne action, on en parle, on n’est pas insensible, ah non
Coincée entre deux auteurs des mâles-qui-savent-la-littérature, qui sont & représentent la Littérature - tribuns forts en gueule
Avec mon livre pour dire les violences faites aux femmes je me contorsionne
Tente de dire et de dire en poésie qui plus est
Ce truc de filles
Je parle mais on n’entend pas, je parle publiquement et c’est une violence moi qui aime l’invisible, je parle je m’évertue mais comme elles, victimes de toutes les violences, on ne m’écoute pas on attend impatiemment que j’en ai terminé avec mes violences faites aux femmes pour reprendre bruyamment la parole
Entre hommes
qui ont des choses plus importantes à éructer
tailles et performances
De part et d’autre ils me compressent m’adressent des regards condescendants
assise au milieu, encadrée étouffée - l'étau viril
côté mâles, ça fulmine - côté tribuns, ça sert les dents
ils ont quand même autre chose à faire autre chose à servir, et puis pas eux, non eux ne sont pas de ce bord-là
leur violence ils l’ignorent
ils l'ignorent comme on avale sa salive l'utilisent chaque jour chaque représentation
intime/public  intimité/publicité  
ils font avec ils sont avec ils-avec ils-violences
leurs soupirs leurs sourires leurs clins d’œil humides leur temps de parole abusif le volume excessif de leur voix leur odeur acide leur territoire levez-la-patte leur désintérêt flagrant ça ne parle pas de moi
et
Quand en aura-t-elle terminé on parle littérature on parle écriture on parle entre hommes
entre adultes
entre pouvoir-savoir
entre propriétaires-tortionnaires
et
Les violences faites aux femmes oui oui oui on connaît on sait mais là ma p’tite dame on parle de mon livre à moi
et
« et comme vous venez de dire cher… » et « je voudrais reprendre ce qu’il a dit parce que c’est tellement bien » et « il est tellement intelligent et son livre aussi ! »
et
 « Laissez aux hommes ce qui est important : écrire » 
devant un public admiratif
se lever et se casser






 

 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER