Glisseries



Sols glissants les instants aussi. Aujourd’hui tous ces jours-ci les escaliers surtout, ces grands dévaloirs à chaque pensée. Pensées glissantes les sables mouvants. Les jours hésitants balancés au bout d’un fil sera-t-il coupé ? Les glisseries. Il serait si facile de se laisser aller déborder tomber emporter. Et de nouveau le matin. Il s’agit d’un autre matin. Tu n’as pas vu que l’escalier avait des marches. Tes moments de distraction. Tu prends l’escalier le comprends dans ton corps avant de le tenter. C’est un travail patient descendre les marches. Regarder d’en haut avec nudité. Scruter la poussière. Attendre un peu. Expérimenter le perron pas à pas l’examiner. Des heures pleines. Descendre et monter remonter redescendre la pensée. Frotter la rampe. Cracher que ça brille. Attendre un peu. Finalement te décider à genoux reprendre. Buter sur les 28 arêtes. Attendre un peu. Blessée. Compter les marches bien que ce soit une occupation mineure leur nombre souvent variable à recompter par les muscles. La preuve directe. Debout à présent. Attendre un peu. Rampe en main. Frotter forger arrondir. Écraser les marches sous ton poids. Elles t’entravent. Attendre un peu. Juste assez de place pour en manquer.












Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER