l'ombre



Je marche une autre ombre derrière moi. Je marche accompagnée par l’ombre d’un autre. Je pas à pas pénible sous mes pieds inversée l'ombre. Je ne marche pas sur mon ombre c’est une autre. Quelle ombre est-elle beaucoup plus longue noire creuse - tourment de l’ombre de l’autre attaché à ma silhouette. Marche l’ombre à mon bras. Je mâche de l’ombre les dents de la nuit plantées dans mon cou. Je cours. La nuit je cours toi à mon flanc. Ton ombre éclaireuse de brèches je tombe. Tu creuses l’ombre des ombres me noies. Ombre silencieuse caresse ma peau ouvre mes cuisses tu pénètres cette ombre n’est pas à moi. L’ombre viole n’attend pas le jour. Immortelle elle me survivra.












Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER