Les trottoirs



Ici les forêts sont sur les trottoirs
Pins coupés sentent toujours
Des ombres en filets blancs bien amputées se tiennent les coudes leurs flammes vertes vers les réverbères c’est presque Noël
Ferme les yeux le long des trottoirs tu traverses de courtes forêts des contes sacrifiés impossible de lire l’histoire jusqu’au bout les enfants restent perdus aucune princesse emportée
Ici les poubelles vidées à la recherche de cadeaux des mains plongées dans nos détritus de nouveau des morts de froid on coche sur le calendrier de l’Avent ouvrir la première case le premier mort de froid ici en France dans les rues pleines d’enfants de femmes et d’hommes dehors nuit après nuit après jour sur les trottoirs ils fouillent les poubelles pour trouver ce que l’on daigne on daigne on dédaigne le pouvoir il dédaigne les enfants les femmes les hommes sous le sapin ils ne déposeront rien que leur cadavre mort de froid les petites fenêtres du calendrier vont toutes s’ouvrir tandis que brutalement collectivement
Se ferment
Les fenêtres
Des immeubles dressés sur les trottoirs














Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER