Le bousier



Je le pousse devant moi le langage je le pousse de mon museau de mes griffes de mes moignons de cris de rires je le pousse, je fais le tour de la lettre le verbe haut l’échine basse tu parles à mon endroit au bon endroit
Au marché noir j’échange
du sucre contre des mots
du lait contre des mots
du pain contre des mots
Je les pousse devant moi mes mots de sucre mes mots de pain de lait je les pousse de ma bouche de ma langue de mes mains de mes seins le corps échangé changé tu parles à l’envers à moi de t’écrire droit












Commentaires

  1. Le concept du bousier dans la langue aurait plu à Deleuze. Bonne année Perrine.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Dominique ! à bientôt et bonne année à vous

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER