La première page

Allez, vas-y
Vis-le ton rêve
Crache-le à la gueule de la réalité
Ouvre les bras, ouvre la bouche, ouvre les yeux
Tu ne te noies pas : tu respires, peut-être pour la première fois. Ou la dernière.
Va arracher ton rêve aux angoisses du quotidien, à la misère qui recouvre tout d’une poussière irritante, grise et acide. Détache de tes dents aiguisées la viande du désir sur l’os sec et dur, contondant et mortel, d’une réalité qui te révulse, de propositions de vie qui te noient, de choix masochistes. Cou dans le collier, mains liées derrière le dos, pieds entravés. Du cuir sur ta peau fragile, du caoutchouc dans ta bouche sensible, un bandeau sur tes yeux curieux.
Dos au mur. Une dernière volonté ? Une dernière cigarette ? Une dernière baise ? Une dernière musique ? Un dernier luxe ?
C’est ça que tu veux ?
Tu ne vas pas retenir plus longtemps tes tripes fumantes et puantes, entre tes deux mains croisées sur ton abdomen fendu.
Tous les jours, exécutions sommaires, nettoyages ethnique, humiliations collectives, cauchemar éveillé : ceux du haut, ceux du bas. Au bord, ceux d’une autre couleur. Dans la norme, des monstruosités dont on se fait des colliers. Brandies sur des piques, les têtes réduites de nos vices. Les libertés ont perdu leurs voyelles, impossible à prononcer. J’en perds mon français, j’en perds mes français, j’en perds mes dents, j’en perds la tête, j’ai perdu l’appétit, j’ai perdu le sommeil, j’ai perdu ma joie de vivre, j’ai perdu ma femme, j’ai perdu mes enfants, j’ai perdu mon boulot, j’ai perdu ma place, j’ai perdu mon logement, j’ai perdu mes clés, j’ai perdu mon portable, j’ai perdu la voix, j’ai perdu mon chemin, j’ai perdu le sens.
Je perds du sang, je perds mon temps, je perds pied.



Bec & Ongles, Les Carnets du Dessert de Lune, 20111






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER