Séance



Séance de travail. Isabelle dit La lumière est moins dure, c’est l’heure. Son visage se transforme, devient l'objectif, ses appareils accrochés autour du cou elle se plante sur notre île, cherche les meilleurs endroits, ceux qui vont l’inspirer.
Nous disposons sur notre table en bois les crabes, les algues, les coquillages, les fœtus d’eau.
Elle est inspirée.
Perrine se déshabille, ligne rose frissonnante. Isabelle la coiffe d’algues, à son cou une lanière de varech, entre ses jambes une racine de mer. Debout face à la mer, pieds écrasés dans l’herbe grasse.
Isabelle ne parle plus. Une indication parfois Lève la tête. Un châle noir tombe sur Perrine, peau hérissée entre les mailles, l'obturateur est le seul son. Couvre toi, on descend. De l’herbe nos pieds passent au sable, le modèle s’enfonce dans le creux de deux rochers noirs. Le creux sera son lit. Elle se couche nue sur une litière vivante, reflets glissants noirs et verts, les algues mouillées l'aspirent, la disparaissent. 
Bruit de l’obturateur.
Les deux sœurs construisent une nouvelle histoire.

photographie : Isabelle Vaillant


 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Jeûne

Hannah et ses échinops

NE PAS BLESSER